gachet ruffieux sa: votre menuiserie depuis 1947

Un service de proximité pour des privés et particuliers

Cette entreprise de charronnage a été fondée en 1947 par Albert Repond, père de Bernard. L’atelier est situé au 1er étage de la partie habitable de la ferme du Gros Plan (alors propriété de François Repond). Albert travaille seul. Il fabrique et répare en particulier les ustensiles en bois utilisés, pour la majorité, dans l’agriculture.


Jusque dans les années 50, les seules machines utilisées par Albert sont une scie circulaire-mortaiseuse, ainsi qu’un tour à bois qu'il a lui même fabriqués. Il débite toutes les pièces cintrées à la scie à refendre. Ce n’est qu’en 1951, qu’il achete une scie à ruban d’occasion.

Au début des années 50, les exploitations agricoles vivent une profonde mutation. C’est l’arrivée des faucheuses automotrices, des faneuses, des amonceleuses, des roues à pneus etc. Pour survivre, Albert diversifie ses activités et commence alors la réparation de ruraux, la fabrication et la pose de petites charpentes.

En 1953, Albert et sa famille emménagent à la maison « Dousse du Praz ». Le garage à voiture devient alors l’atelier. La place venant à manquer, les machines sont installées dans la lodze de la maison paternelle du Praz-Gremaud. Albert continue sa diversification et se lance dans la menuiserie.

En 1958, une opportunité s’offre à Albert. Edouard Gex, qui exploite un garage pour motos dans l’immeuble (aujourd’hui démoli pour faire place à la route cantonale) appartenant à la famille Fragnière, cesse son activité. En même moment, un appartement se libère dans cette immeuble. Albert et sa famille y emménagent, le garage et ses combles sont transformés en atelier.

En octobre 1964, son fils Bernard rentre de Bâle où il a fait son apprentissage. Son CFC d'ébéniste en poche, il commence à travailler avec son papa. La raison sociale devient alors « Albert Repond et Fils ». L’offre s’élargit puisque l’on est dorénavant en mesure de proposer de l’ébénisterie. Très vite, on se rend compte que les locaux deviennent trop petits.

En 1965, l'entreprise achète un terrain à La Pérollaz et construit un atelier de menuiserie (actuelle carrosserie des Dents-Vertes). La surface de fabrication est d’environ 160 m2.

En 1967, ils engagent un premier puis un deuxième ouvrier et en 1972 leur premier apprenti.

En 1974, Bernard devient titulaire de la maîtrise fédérale de menuisier. Fort de ce diplôme, la société soumissionne de plus en plus pour des collectivités publiques. L’entreprise s’équipe et se modernise.

En 1979, Albert Repond et Fils devient Bernard Repond SA. Le capital action est partagé entre Bernard, Albert et Adèle (la maman).

En 1980, ils acquièrent le terrain de Prima-Jogne et construisent l’atelier actuel. Une première partie de 600 m2 ainsi que le sous-sol complet sont mis en exploitation.

En 1983, ils vendent leur atelier de La Pérollaz et en 1985 ils complètent la construction donnant une surface exploitable d’environ 1000 m2. Ils se lancent alors dans la fabrication de fenêtres bois-métal. L’entreprise est en mesure maintenant de satisfaire à tous les travaux du bois ainsi qu'à ses dérivés.

En 1992, ils reçoivent la licence pour l’application de l’isolation en fibre de cellulose type ISOFLOC.

En 1999, l’entreprise est certifiée selon la norme ISO 9001, certification qui sera renouvelée avec succès jusqu’à ce jour.

En 2000, Bernard rachète les actions de sa maman.

En 2001, la machine à commande numérique entre dans l’atelier.

En 2002, suite au décès de son papa, Bernard rachète le solde des actions et devient actionnaire unique.

Le 31 décembre 2008, Bernard aspirant à une retraite bien méritée, vend le capital action à Jérôme Gachet et à Didier Ruffieux.

Le 1 janvier 2009, Jérôme Gachet et Didier Ruffieux reprennent l'ensemble des employés, du parc matériel et immobilier.

Le 30 septembre 2009 l'entreprise Bernard Repond SA devient gachet ruffieux sa, menuiserie ébénisterie.


En 2012, remplacement de la machine à commande numérique pour laisser place à une nouvelle plus performante.


En 2016, acquisition d'une cellule de polissage afin de garantir une finition de qualité et d'améliorer le confort de travail.